Rechercher
  • Sabine RAINARD Éclaireuse

2019-2020 : tout change ? Rien ne change ?

Mis à jour : mars 23



On a beau ne pas l'avoir prémédité, ne rien avoir demandé, s'en contre-foutre, penser à un tout autre sujet... vers le 20/25 novembre, l'heure des bilans arrive et roule à nos pieds.


Comme ça, bim, ça nous tombe dessus. Par divers biais. Coups de fil pour organiser les fêtes, qui va où pour le 1er janvier, quel cadeau pour tatie michemoche, quel plat pour le dîner... ça commence tranquille et ça finit par agacer.


C'est comme si, on reprenait les mêmes et qu'on recommençait. Comme si, le temps s'était arrêté depuis 11 mois et que là, subrepticement, on le remettait en mouvement. Comme si, on faisait avec ce qu'on a été, en ayant la possibilité de valider des avancées.


Ce qui est chouette c'est qu'on peut comparer comment on prend les choses désormais. Les mêmes personnes amènent-elles les mêmes questions ? Les mêmes questions amènent-elles les mêmes émotions ? Les mêmes émotions amènent-elles les mêmes réactions ? Parce qu'on est bien d'accord que certains sujets électrisent l'atmosphère et qu'il s'agit - souvent - de sujets liés à la lignée, au rassemblement aussi attendu que redouté de la fin d'année et à la place de chacun dans cette affaire de petit Jésus nouveau né.


Eh bien moi, je suis super contente, parce que les festivités ont commencé tôt de mon côté et que j'ai le bonheur de savourer que j'ai changé. Oui, je me souviens très bien avoir écrit Taire et faire taire, mon billet d'humeur spécial fêtes de décembre dernier. J'étais à l'époque chahutée. Il s'est passé tellement de choses depuis. J'ai pris un tournant essentiel dans ma vie, requalifié mes besoins et mes envies, fait le tri dans mon environnement matériel et social. Bref, je me suis dépouillée et recentrée.


J'aime bien la phrase : "Avoir l'audace d'être soi-même, c'est avoir l'audace de dire qui l'on est." Elle est plus que d'actualité. Je l'ai appliquée à la lettre ces derniers mois. Cela me réussit et je compte bien poursuivre comme ça. Ça ne plaît pas à tout le monde, certains ne comprennent pas. En même temps, quand j'entends les mêmes rengaines qu'il y a un paquet d'années, je me dis que malgré tout, youpi, je ne suis plus la même. Merci !


Les dindes farcies se suivent et se ressemblent, au même titre que les histoires de famille. Ça fait du bien de constater que ni la dinde, ni les histoires ne nous atteignent. Et qu'on surfe sur un autre tempo que celui du passé. J'en suis presque amusée. Il est si bon de ne plus participer à cette ronde de compromis, de "je me force à faire plaisir même si j'ai pas envie", "j'y vais mais ça me fait c....", "je ne dis rien mais j'en pense pas moins" etc...


Sincèrement, ce serait tellement plus simple si on arrêtait de jouer la comédie. Si on se disait franchement ce que l'on veut vraiment, ce qui nous réjouit. Ce serait tellement plus joyeux, si on ne se sentait plus "obligé.e". Si on suivait juste ce qui nous plaît, ce qui nous nourrit. Ce serait tellement plus sincère si on arrêtait d'être "poli.e". Si on avouait le fond de sa pensée, ce qui nous anime en vérité.


Voilà. En ce 2 décembre, alors que rien n'a commencé, je vous invite à vous positionner et à vous choisir. Ne vous laissez pas embarquer par les conventions, le politiquement correct, la bienséance et compagnie. Soyez vrai (plutôt que vrai-ment), soyez vous ! Et profitez pleinement de ce qui vous réussit.


Music : Lomepal - Yusuf


0 vue