Rechercher
  • Sabine RAINARD Éclaireuse

De l'excellence forcenée à l'évidence intuitive



Il y a encore dix ans, la performance était mon langage. J'avais un côté, très yang, très mec, très dur. L'exigence était ma seconde nature. Je ne laissais rien au hasard. Rien ne m'échappait. Je contrôlais tout et tout le monde. J'étais redoutable au travail. Insupportable à la maison. Je vous laisse imaginer.


Inutile de le cacher, il y a pas mal de désagréments à être comme ça (pour soi et pour son entourage). Néanmoins, cette exigence sur-développée m'a permis une chose : travailler avec les plus grands. Les plus grands créateurs, les plus grandes maisons de luxe, les plus grandes marques internationales. Mine de rien, l'intransigeance et l'exigence m'ont ouverts les portes de l'excellence.


C'est à peine caricatural. On le sait. C'est dans les maisons les plus audacieuses (pour ne pas dire exigeantes), que l'on trouve le plus d'excellence. En tout cas, d'excellence incarnée et assumée. Et cela nécessite d'épouser certains codes, car cet univers est très très codé.


Durant les quinze premières années de ma vie pro, j'ai beaucoup critiqué. Je me suis largement exprimée sur les gens qui ne savaient pas trop ce qu'ils faisaient, sur ceux qui étaient approximatifs, sur ceux qui n'avaient pas de direction affirmée. Ces personnes m'agaçaient. Je les trouvais incompétentes. Et cela m'horripilait qu'elles n'aient pas la volonté d'atteindre sans cesse la perfection.


Confidence entre nous. Être performant, c'est fatigant.

Chercher à être parfait et à toucher la perfection, l'est tout autant.


Soyons clair, bosser en mode forcené fonctionne. Les résultats étaient là.

En revanche, l'énergie dépensée pour "y arriver" était phénoménale et très cher payée.

Tranquillement je me suis épuisée en prenant beaucoup de plaisir à créer, à innover et à soutenir des projets ambitieux.


Puis j'ai dû lâcher.

Je ne vais pas rentrer dans les nombreux détails du parcours, mais c'est bel et bien l'arrivée des enfants qui a sonné la fin de cette époque de guerrière acharnée.


Petit-à-petit la croyance que l'excellence est liée au contrôle et au labeur s'est effacée. J'ai transformé mon comportement de bourrin en celui de fée, d'excellence forcenée en évidence intuitive. Parce que ce n'est pas normal d'être tout le temps énervé, ce n'est pas une preuve de compétence d'être épuisé, ce n'est pas un gage de réussite que de déserter la maison et de ne plus avoir aucune autre occupation que le boulot.


Tout ça pour dire que je vois les choses autrement. Et que j'accueille les gens différemment aussi. J'ai même beaucoup de tendresse pour les personnes qui prennent leur temps, celles qui développent tranquillement leur business avec constance et cohérence. Aujourd'hui, je trouve ça beau. Et ça me touche. Me touchent aussi les personnes qui se respectent et respectent les autres et leur travail. C'est émouvant de voir comme chacun d'entre nous mène sa barque comme il peut avec qui il est. Ces derniers temps, je me suis dit de beaucoup d'entrepreneur.e.s : "Il.Elle mérite vraiment d'être connu.e". Et je peux vous dire qu'ils ne seraient pas entrés dans ma grille ultra sélective auparavant.


Cela ne signifie pas que je me suis éloignée de l'excellence. C'est juste que je la rejoins par une autre voie que l'exigence. Un chemin plus serein, plus doux, plus humain, en lien avec l'énergétique. Je ne ressens plus le besoin de faire une démonstration de force pour exprimer une idée ou développer un projet. Je crée en écoutant mon intuition et en suivant l'énergie du moment. Ça fonctionne à merveille. En posant des intentions et des actions, les choses se font. Pas la peine de s'exciter.


Un conseil : quand ça frotte, quand ça pique, quand c'est difficile et que ça n'avance pas, c'est que soit ce n'est pas le bon moment, soit ce n'est pas la bonne personne, soit ce n'est pas la bonne idée, soit ce n'est pas la bonne manière de gérer la mission. En tout cas, c'est qu'il y a une résistance, parce qu'un pion de l'équation n'est pas juste. Donc inutile de râler, de forcer, de vous martyriser ou de martyriser les gens avec lesquels ou pour lesquels vous travailler (voire par extension, ceux qui n'ont rien demandé comme votre mec/nana et vos enfants). Car je vous assure que tout, absolument tout, peut se réaliser dans la joie et la fluidité.


Si tu souhaites parler de connexion, d'intuition, de comment ressentir l'évidence pour surfer et ne plus avoir à faire d'effort pour concrétiser, je me tiens à ta disposition au 06 75 84 15 58.


Et pour illustrer cette pensée, voici le son associé : https://youtu.be/sELxgrgaQUk


À bientôt,

Sabine


Si cet article peut inspirer, je t'invite à le partager autour de toi, sur les réseaux, dans tes emails, ou auprès de tes amis. Plus que jamais les connexions de cœur à cœur nous nourrissent et nous unissent les uns les autres.

Sache que j'ai publié de nouvelles vidéos sur ma chaîne YouTube.


🛎 Abonne-toi et suis-moi :


mon site internet

mon profil Linkedin

ma chaîne YouTube

ma page Insta




86 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout