Rechercher
  • Sabine RAINARD Éclaireuse

Du professionnalisme au civisme, rien ne sera plus comme avant...


Y a des moments où l’on choisit.

Et ces choix pèsent lourds.


Alors oui, on tient particulièrement à son job, on a une « conscience professionnelle »

et on souhaite l’appliquer.


D’accord.


Seulement, quand je demande a des connaissances si elles vont bien (ce qui est LA question essentielle) et qu’elles me répondent : « La boîte est fermée jusqu’au 31 mars ».

Y a un truc qui m’échappe.


Arrêtez de vouloir faire comme avant. De vous dire qu’on peut « continuer » ou qu’on va

« reprendre ». Non non. Je le dis, rien ne sera jamais plus « comme avant ».


Et à ce rythme là, si on continue de continuer, on reviendra à la vie en juillet.


Il est grand temps d’intégrer que le professionnalisme, quel qu’il soit, doit laisser la place avant toute chose au CIVISME.


Parce que ce qui compte avant de travailler, c’est de rester en vie.


Sortez du prisme « je travaille pour vivre », « je vais bosser tous les jours pour payer mes charges et mon loyer », « je me tue à la tâche pour me nourrir »...


Parce que la vie nous propose autre chose en ce moment et pour après, une vie pour vivre, une vie pour expérimenter, une vie pour ressentir, une vie pour apprécier, une vie pour danser, une vie pour aimer.


Oui, nous sommes en apprentissage de « vivre pour aimer ».


Lâchez vos vieilles habitudes, car après cette épopée, si nous sommes toujours là, vous ne pourrez pas les reprendre, vous aurez à inventer avec ce que vous êtes en train d’apprendre.


Comme plus rien n'est comme avant, on s'initie au fait de ne plus rien faire comme avant.

Je dirais même, on apprend à ne plus être comme avant.

Pour celles et ceux dont le réveil sonnait à tue-tête à 6h30 (soit au beau milieu de la nuit pour certains organismes), vous pouvez vous réveiller selon votre rythme biologique et suivre vos besoins.

Pour celles et ceux qui avalaient un snack et deux cafés sur le pouce avant de filer en speed, vous pouvez prendre le temps de composer et déguster un vrai petit-déjeuner.

Pour celles et ceux qui prenaient la voiture ou le métro pour « aller travailler », vous avez l’occasion d’expérimenter une autre approche du dit « travail » à la maison, à distance, en testant une nouvelle organisation.

Pour celles et ceux qui voyaient leurs enfants au mieux ½ heure le matin et idem le soir, vous pouvez enfin les rencontrer (faire connaissance) et partager des moments de vie ensemble.

Pour celles et ceux qui réalisaient des achats compulsifs, se sentaient dans l’obligation de dépenser pour exister, vous pouvez revenir à une consommation vitale et raisonnée.

Pour celles et ceux qui se sentaient obligés de vivre dans le vacarme, l’abondance de stress et la suractivité, vous pouvaient désormais apprécier les sons de votre environnement (oiseaux, enfants) et vraiment écouter.

Pour celles et ceux qui n’en faisaient qu’à leur tête, ne considéraient pas leur corps et leur cœur, vous pouvez entendre ce qui se passe à l’intérieur et enfin vous y connecter.

Pour celles et ceux dont le niveau de conscience et/ou d’inconscience était développé, vous pouvez suffisamment vous poser pour éclairer et approfondir certains sujets.

Pour celles et ceux qui considéraient la vie à travers la valeur de l’argent, vous allez peut-être l’envisager autrement, à travers l’amour, l’amitié, la santé, le partage, la solidarité, l’écoute, l’empathie…

Rien ne sera plus jamais comme avant et c’est tant mieux car on a tellement plus à incarner.

Prenez grand soin de vous.

Je vous aime.

Sabine

PS : Merci infiniment pour vos messages lorsque vous recevez mes billets. Je suis heureuse que mes mots puissent soutenir, nourrir et éclairer. N'hésitez pas à les partager !

0 vue