Rechercher
  • Sabine RAINARD Éclaireuse

Faites comme vous êtes

Mis à jour : 25 nov. 2019



Parfois je me dis que je suis « trop ».

Que j’aime trop de choses,

Que j’ai trop d’activités,

Que ce côté "multi" joue en ma défaveur.


Parce qu'il faut bien le dire,

Depuis 20 ans,

Je ne rentre pas dans les cases,

Des professeurs, des recruteurs, des inspecteurs, des...


Le mois dernier, je me suis présentée avec mes multi-casquettes dans un bureau de recrutement et on m'a répondu :

"Et vous choisissez quoi ? "

"Bah je n'ai pas à choisir puisque j'ai un goût pour toutes ces activités.

Selon l'envie, le moment et le besoin, j'utilise telle corde de mon arc et ça se passe très bien".


À l'École Duperré, quand les autres étudiantes déclinaient des produits en tissus (puisque nous étions dans une filière Art Textile et Impression), moi je travaillais sur une gamme de papiers. Nous étions sensées composer des motifs pour la déco, je créais une ligne de packagings pour emballer de la lingerie. Les professeurs m'ont laissé tranquille, mes projets tenaient la route, j'ai fait ce que je voulais.


Lorsque j'ai pointé mon nez dans le Bureau de Style Nelly Rodi, mon profil "atypique" les a séduit. Parce que oui, une jeune fille dégourdie, touche-à-tout, qui en veut, c'est une belle matière à façonner. C'est ce qu'il s'est produit. J'ai été challengée, j'ai ressenti jusque dans mes cellules le mot "transversalité" et en même temps j'ai fait ce qui me plaisait.


Lorsque j'ai crée mes sociétés, j'ai affirmé ces différentes compétences et surfé sur des tonnes d'idées. J'ai déployé le réseau que je chéris encore aujourd'hui, en même temps, le mode solo ne me convient pas tout-à-fait (j'en prends pleinement conscience aujourd'hui).


Lorsque je suis arrivée chez PRODmachine, j'étais là a priori pour gérer la fabrication d'outils de communication. En toute inconscience et sans m'en rendre compte, je suis largement sortie de la définition de mon poste et je l'ai ouvert au développement commercial, au conseil en stratégie, à la création, aux tendances... Une aventure extra, j'ai fait ce que je "sentais".


Depuis, j'ai écrit des livres, accompagné de nombreuses marques à révéler leur véritable identité. J'adore interagir avec les gens, m'imprégner, laisser apparaître une vision et tout mettre en œuvre pour la concrétiser.


Comme vous le voyez, ça fait un bout de temps que ça dure.

Sans aucune spécialisation, je vis des expériences multiples qui décuplent mes compétences plurielles. Plus le temps passe et plus le phénomène prend de l'ampleur. Sincèrement, je ne sais pas être et faire autrement. Si on me mettait dans un bureau à réaliser la même tache toute la journée pendant plusieurs semaines, ce serait difficile pour moi. Soit, j'optimiserais la manière de faire la tache en question et je sortirais de la demande initiale, soit je perdrais ma fougue et ma curiosité et je me sentirais très mal.


C'est comme ça, la créativité et l'envie de découvrir m'habitent.

Je suis un "couteau-suisse". Je fais avec. Plutôt, je joue avec.

Et évidemment, j'ai décroché et je décroche encore tous mes jobs grâce au bouche-à-oreille. Parce qu'"on me connaît". Parce que quand on me connaît, cette multipotentialité fait moins peur peut-être. Parce que quand on me connaît, on voit des idées se concrétiser, des passages à l'action, des projets qui naissent, fleurissent et aboutissent. Ça rassure peut-être. Probablement que si on me voit passer comme ça, on peut se demander quoi faire avec cet engin ? Cette question je me la pose à moi-même de temps en temps. "Qu'est ce que je fais de mon équipement ?". Parce que parfois, je ne sais plus. Je n'ose plus montrer qui je suis. Et là, à ce moment précis, c'est la cata. Parce que si moi je ne sais plus, je ne vous parle pas des autres !


En ce qui concerne les autres, parfois on ne comprend pas mon mode. Certains se sentent dépassés, ne savent pas où me situer et rendent leur tablier. D'autres ne comprennent pas bien, en même temps ils me trouvent sympa. D'autres enfin sont viscéralement comme moi et saisissent ce qu'un tel profil peut leur apporter.

Parce que j'ai le sentiment que je peux tout faire et tout être. Tout en ayant la capacité de rentrer dans un cadre (attention, j'ai pas dit "moule").


Tout ça pour dire, qu'à 20 ans, on fait avec ce qu'on a et qu'à 40, on fait avec ce qu'on est.

Soyez conscients de qui vous êtes, de comment vous fonctionner, de ce qui vous plaît, de ce qui vous challenge, de ce qui vous fait vibrer. Bref, observez ce qui vous fait vraiment "triper" (qui pétille dans vos tripes).


À ce moment précis, ne cherchez plus rien, faites simplement avec ce que vous êtes en révélant toutes vos facettes !


Vous verrez que vous ne travaillerez plus, vous "tramuserez" ("travailler en s'amusant", verbe du premier groupe inventé par mon fils il y a 3 ans, en m'entendant parler de ma propension à mixer ce que j'aime, ce que je sens et ce que je fais).



Suite à la publication de mon billet d'humeur "Au-delà de la femme désirable", certains hommes se sont manifestés. Certains pour s'excuser d'un comportement déplacé ; d'autres pour partager le fait que lire de tels ressentis les aide à mieux se comporter ; d'autres enfin pour exprimer leur stupéfaction devant de tels agissements. Bref, ça a fait bouger. Alors, merci. On a tous et toutes à gagner à entrer dans une belle synergie.


Photo : FloXographie.fr

Music : Always on the run - Yuksek



92 vues