Rechercher
  • Sabine RAINARD Éclaireuse

J'ai décidé de tout couper


J’ai décidé de tout couper car je suis hypersensible, empathe, connectée au monde

et parfois éponge. Le mot d’ordre était « maximum 10 minutes d’actus tous les 2 jours ». C’était sans compter Facebook qui sournoisement attire en émettant ses ondes. Trop de posts, trop d’avis, trop d’infos. Je dors si mal que je me suis dis stop hier matin. J’ai désinstallé FB de mon téléphone. Ça y est, c’est bouclé. À quoi bon ? Entendre tout et n’importe quoi ? Voir la misère et le désarroi ? Il m’a semblé évident que pour rester debout et aider, je devais être en pleine santé,

légère et ancrée. Au cœur de cette tempête foudroyante, je choisis la joie. Et je sais que je servirai au mieux les autres dans cet état-là. Je suis bien inutile, pour ne pas dire bonne à rien, lorsque je suis prise d’angoisse, manque d’étouffer et procrastine toute la journée. À mon niveau d’être confiné, il me paraît préférable de créer,

d’accompagner et de sublimer cette période tourmentée. Pour ce faire, j’écris. Si ça peut aider ne serais-ce qu’une âme, j’en suis ravie. Pour ce faire, je médite. Si ça peut nourrir les énergies universelles, merci.

Pour ce faire, je me concentre en mon centre. Si ça peut inspirer, c’est parfait.

Et c’est fou, en 24 heures, je me sens mieux.

Ce régime me remet EN VIE.

Parce que même si nous « allons bien », soyons honnêtes, nous sommes traversés par de drôles de sensations, de phénomènes corporels ponctuels et autres vibrations non identifiés. Des serrements de gorge, de cœur, de tête. Des bourdonnements, des crispations, des up et des down. Même si au jour 16, on pourrait avoir l’impression de s’habituer, on ne s’habitue pas. Loin de là. On est toujours sidérés. De vivre un truc comme ça.

Et on s’aperçoit, très précisément (alors que la plupart du temps on ne le remarque pas), qu’on vit les choses à sa manière. Que ce que ressent notre colocataire, époux, enfant, ne ressemble pas à ce que l’on perçoit à l’instant. On se rend compte que nos états d’âmes ont tout et rien à voir avec ceux du voisin.

J’avais écrit le texte ci-dessous avant-hier et je ne l’ai pas publié.

Savourons nos états d’âmes

On ne va pas se mentir, même si habituellement on s’évertue à passer à côté, à ne pas les identifier et les écouter, en ce moment on en est bourrés. D’états d’âmes. Et on est bien obligé de les regarder.

Quand parfois on se levait le matin un peu mal en point, on buvait un café et hop on filait bosser. On étouffait tranquillement l’émotion qui avait pointé son nez. Là, on a pas trop le choix que de la prendre telle qu’elle vient, parce qu’on a toute la journée à se la coltiner. Elle prend de la place cette inquiétude, cette légère angoisse, cette pression située au niveau du plexus solaire. On ne peut pas la rater. Elle va, elle vient. Elle joue à cache-cache pour nous angoisser.

Je sais que nous sommes nombreux à ressentir des « symptômes ». On psychote, on se rassure. On tente de se convaincre qu’on l’a peut-être, qu’on n’a rien, qu’on ne l’aura pas, qu’on y passera. On se dit que ce sont de fausses alertes. Bref, on peut avoir tendance à débloquer.

Tout ça pour dire qu’il existe différents états. Que l’on soit porteur sain ou sain tout court n’empêche pas d’être inquiet et de vibrer à l’unisson avec le reste du monde.

Vous rendez-vous compte que l’on est interconnectés et que l’on capte les battements de cœur, les souffrances, les drames des autres en résonance ? Alors, autant envoyer beaucoup de sérénité, de foi et d’amour autour de soi, afin que les destinataires trouvent calme et paix dans cet envoi. Parce que si on alimente la peur en nous, on nourrit l’égrégore qui nuit autour de nous.

Et ce texte de la semaine dernière… J’étais un peu en colère je crois.

Le fric ou la vie ?

Tiens, c’est marrant, Airbus Toulouse a ré-ouvert son site de production lundi.

Ils n’ont même pas tenu les 2 semaines de confinement.

Parce que la production n’attend pas. Le fric n’attend pas.

Bah oui, les chinois se remettent sur pieds et pourraient honorer leurs commandes d’avions !

Continuez, continuez à tourner et mettez tout le monde en danger.

Qui va aller travailler « l’air de rien » lundi prochain ?

À quel moment allez-vous prendre conscience que le dilemme d’aujourd’hui est :

Le fric ou la vie ?


L’économie ou la vie.

Est-ce qu’on veut faire perdurer nos business, gagner de l’argent coûte que coûte,

au risque de mettre notre vie et celles des autres en danger ?

Ceux qui choisissent de rester chez eux peuvent regarder l’hécatombe.

Et éventuellement réfléchir à ce qu’ils choisissent pour eux et pour le monde.

Parce que l’argent n’aura plus le même goût après ça.

L’argent n’aura plus du tout la même valeur après ça.

On le voit bien, ce sont ceux qui « gagnent » le moins, qui œuvrent le plus actuellement

et qui « sauvent » évidemment.

Je vais bosser, je mets quelqu’un en danger.

Les postier.e.s ne gagnent presque rien.

Les caissier.e.s ne gagnent presque rien.

Les infirmier.e.s ne gagnent presque rien.

Les pompiers ne gagnent presque rien.

Les livreurs ne gagnent presque rien.

Les maraîchers ne gagnent presque rien.

Et pourtant ce sont eux qui nous nourrissent, qui nous soignent et qui nous gardent en vie.

Et nous, on attend les bras croisés.

Y a un problème, non ?

Alors, envoyons de l’amour, des sourires, des arcs-en-ciel, du soleil, de la vie !!! C'est le moins que l'on puisse faire pour contribuer.


Je vous aime,

Sabine Rainard



Collaborer/prendre contact avec moi



La chanson qui résonne avec les mots de mon cœur à cet instant :

L'Impératrice "confinée - le 30 mars" - Dreams are my reality (La Boum cover)


Lire les billets d'humeurs précédents :

26 mars - La question n'est pas ce qu'on vit, mais ce qu'on fait avec ce qu'on vit

24 mars - Le déclin de l'Empire humain

23 mars - Du professionnalisme au civisme, rien ne sera plus comme avant

22 mars - À chacun sa manière de traverser

10 mars - La liberté n'est pas forcément résister

19 février - Un échec réussi

18 janvier - Janvier

02 décembre - 2019/2020 Tout change, rien ne change ?

25 novembre - S'émerveiller

20 novembre - Faites comme vous êtes

17 novembre - Au-delà de la femme désirable

Et bien d'autres articles écrits en 2019...


Découvrir et commander mes 3 livres de développement personnel et spirituel,

publiés aux Éditions Marie Claire :

- Femme..com

- Maman en garde alternée

- Spirituelle à ma façon


Découvrir et commander mon Recueil de 80 billets d'humeurs en format digital :

Recueil de 160 pages illustrées qui touchent au cœur

Ce recueil de poésie contemporaine "Un jour lumineux, des mots éclairants"est composé de 80 poèmes, répartis en 8 "familles", pour aller vers Soi et retrouver sa justesse d'être. Créé comme un univers multi-sensoriel, ce recueil éclaire grâce à la synergie mots-photos-couleurs. Chaque texte est associé à une référence musicale à aller découvrir. 


Découvrir mes articles Psycho, Slow Life, Couple, Escale Parisienne publiés dans le magazine trimestrielle : Epik ou rien


144 vues