Rechercher
  • Sabine RAINARD Éclaireuse

Patience, mon impatience


Photo FloXographie


L'action dans le temps.


Ça vous est déjà arrivé de piétiner et de vous languir d’une chose au point de vous agacer ?

Moi ça m’arrive très souvent, pour ne pas dire, très très souvent.


Comme ça, l’air de rien, je fais la fille qui est cool, qui n’attend rien, qui sait que ça vient, et en réalité, non, je m’impatiente, je veux tellement que les choses avancent, que j’en deviens presque autoritaire : « Allez, allez, allez, c’est maintenant, dépêche ».


On a beau me dire que j'ai le temps, j'ai le sentiment de ne pas aller assez vite et de ne pas suffisamment concrétiser dans les heures qui s'écoulent. Je ressens fréquemment comme une urgence, un élan qui me pousse, me propulse. Comme une roue qui veut s'élancer à fond et qui est ralenti par un caillou ou une branche qui se prend dans ses rayons.


Cette impatience impérieuse vient certainement du fait que je suis curieuse, énergique et passionnée. Que je capte tout très vite, que ça dépote là-haut, que j'ai des visions de ce qui est et pourrait être et que j'ai envie de réaliser toutes ces visions au moment où elles me traversent.


En moi, j'entends "tout de suite, maintenant".


Mais :

1/ le passage de l'idée à la matière est parfois lent. Des étapes de maturation profonde, de transformation insoupçonnée, de préparation subtile, sont fondamentales à respecter.

2/ le temps est impermanent. Il va, il vient. Il est inconstant. Il bouge. À son rythme. À sa juste mesure. Il est personnel aussi. Chacun a son propre rapport au temps.

3/ On ne contrôle pas le temps. Pas plus que le soleil. Pas plus que la pluie. Pas plus que le vent.


La conséquence de cette impatience étant le passage en force. Vouloir à tout prix que cela se crée. Il est parfois difficile de faire la part des choses et de rester actif sans chercher à contrôler !


J'apprends donc petit-à-petit à accepter ces fluctuations. À adhérer à cette non-linéarité. Au fait que ce qui se joue à l'intérieur n'est pas encore visible à l'extérieur (lire mon article Quand j'entendrai oui à l'intérieur). À épouser l'évidence que quand c'est le bon moment ça se met en place. Que le temps est autonome et que vouloir aller plus vite que la musique ne fait que le ralentir, le stopper, voire le contrarier.


Voilà mon appréciation du temps. Principalement liée à l'impatience.

Pour d'autres, c'est la peur d'en manquer qui prévaut. Ou la peur de le laisser filer. Ou encore le fait de peiner à s'organiser.


Nous ne serons jamais plus forts que le temps. Nous ne pourrons rien lui dicter, rien lui imposer. En revanche, nous pouvons tenter de l'explorer et de devenir son partenaire.


Pour se faire, découvrez le "carnet pour façonner et libérer ton temps : respire et vibre !" crée par mon amie Laure Brignone. Elle vous guide à trouver votre place et votre espace et à danser avec le temps. https://uneetincelle.fr/downloads/la-danse-du-temps/



Le temps vient challenger la foi.


Quelle est la différence entre un désir et une intuition ?

Pour moi, elle est exclusivement liée à la temporalité et à la profondeur de ce qui sera.


Un désir est éphémère, fugitif, il repart comme il est venu.

Une intuition est inscrite dans le temps, si elle revient c'est qu'elle est juste et qu'à un moment ou un autre, elle prendra forme.


Admettons que vous ayez le désir de fonder une famille.

Bien. Vous en avez très envie. Vous en avez très envie parce que tout le monde le fait, parce que c'est chouette d'être parent, parce que ça vous rendrez fière de vous occuper d'un enfant. = Vous avez hâte, vous attendez ce moment avec impatience, vous faites tout pour vivre cette expérience car il est urgent d'assouvir ce désir.


Admettons que vous ressentiez les bienfaits que vous auriez à fonder une famille.

Dans ce cas, vous sentez que c'est bon pour vous, que le fait de fonder une famille sera une expérience nourrissante et qu'expérimenter cet état vous fera grandir. Vous avez foi qu'à travers cette aventure, vous deviendrez un être plus rayonnant. = Peu importe quand cela arrivera, puisque vous savez que c'est juste pour vous et que ce voeu se réalisera.


Vous voyez la différence ?

- Le désir est fugace, superficiel, il repart dès qu'il est assouvi et laisse sa place à un autre désir. Il est directement lié au plaisir immédiat.

- L'intuition vient du for intérieur, du profond, elle est pérenne, elle s'installe et revient jusqu'à être réalisée. Elle est directement liée à la foi sans aucune temporalité.


J'ai beaucoup aimé entendre Camille Lellouche raconter son parcours chaotique avant de percer (de 2'50 à 13'). Elle savait au plus profond d'elle-même qu'elle était destinée à chanter. C'était viscéral. Elle sentait que ce serait cette voie ou rien. Elle parle de manière évidente du temps et de la langueur ressentie avant de voir son rêve se concrétiser : "Tu sens que tu as une place, mais que ce n'est pas ton heure !". Malgré elle, elle a composé avec le temps en surfant sur sa foi. Et on peut dire que le temps l'a sacrément challengée !



Découvrez mes accompagnements en tant que Révélatrice de marque (Conseil en branding et communication) et Révélatrice d'être (coaching intuitif personnalisé) ici.

Lire les billets d'humeurs précédents : 14 août - L'amour l'amour l'amour

02 juillet - Les gens 02 juin - Le sel de la vie 24 mai - Quand j'entendrai oui à l'intérieur 27 avril - Des sans-culottes aux sans-soutifs 16 avril - Coming out 02 avril - J'ai décidé de tout couper 26 mars - La question n'est pas ce qu'on vit, mais ce qu'on fait avec ce qu'on vit 24 mars - Le déclin de l'Empire humain 23 mars - Du professionnalisme au civisme, rien ne sera plus comme avant 22 mars - À chacun sa manière de traverser 10 mars - La liberté n'est pas forcément résister 19 février - Un échec réussi 18 janvier - Janvier Et bien d'autres articles écrits en 2019... Découvrir et commander mes 3 livres de développement personnel et spirituel, publiés aux Éditions Marie Claire : - Femme..com - Maman en garde alternée - Spirituelle à ma façon

100 vues